#InvestirAutrement – L’Effet Femmes

LMDF a fièrement présenté “L’effet Femmes”, le 9 mai 2016. Cette conférence a été la première d’une série d’événements, sous la thématique d’Investir Autrement, pour lesquels nous souhaitons poser un regard différent sur la façon dont les investissements peuvent être utilisés pour promouvoir le changement et le développement.

Les répercussions dramatiques de l’investissement dans les femmes et les filles relient les pays en développement ou développés.

"Nous devons changer notre point de vue de l'égalité entre les sexes neutre vers positif. Nous devons apprendre à accepter les traits des femmes et des hommes, qu'ils soient positifs ou négatifs. "

Vincent Hieff

"Ce fut pour moi une révélation, le genre devrait être appliqué dans l'allocation d'actifs lors de la diversification des risques. "

Elisabet Laquintana

"Une conférence opportune et perspicace qui nous rappelle les nombreux défis auxquels les femmes font encore face en général et le travail qui reste de toute urgence à faire pour embrasser pleinement le «gender lens» dans tous les aspects d'entreprise et d'investissement. "

Nima Ahmadzadeh

"La conférence "Investir Autrement" a contribué à faire la lumière sur la situation des femmes dans le monde entier, et que, au quotidien, les femmes font face à des défis similaires. En Europe, les femmes sont confrontées au défi de la discrimination sur le lieu de travail, alors que en Afrique et les pays dans lesquels LMDF investit, l'objectif est d'ouvrir l'accès aux services financiers pour les aider à gérer leurs micro-entreprises. Dans ces pays, seulement 50% des femmes ont un compte bancaire. Le défi est énorme et la priorité de LMDF est d'aider les IMF qui accordent 70% de leurs prêts aux femmes. "

Viviane Clauss

"Félicitations pour l'organisation d'un excellent événement. Il est bien d'entendre de telles discussions de réflexion sur un sujet vraiment important."

Kenneth Hay

Points forts de la conférence

 

Introduction sur investir autrement et sur l’importance que l’investissement dans le genre a, que ce soit dans la microfinance ou bien dans les salles de conseils au Luxembourg: Kaspar Wansleben du LMDF et Hedda Pahlson-Moller de OMSINT / Tiime

Oratrice principale: Suzanne Biegel, fondatrice de Catalyst at Large a introduit « The Women Effect » et a exploré les effets directs et répercussions d’investir dans les femmes, ainsi que les effets bénéfiques qui peuvent être tirés de la diversité. Comme les femmes luttent de façon disproportionnée pour obtenir un financement et sont peu représentées dans les postes de direction, l’effet des femmes présente des stratégies pour aborder ces questions.

Panel sur l’investissement dans les femmes au Luxembourg: Sarah Khabirpour, Chef du Département de la stratégie, des affaires réglementaires et MarCom de la BIL  –  Claudine Lorang, membre élargi du Conseil de la Fondation FUSE et Aude Lemogne, entrepreneur et fondatrice de LINK Management.

Clôture: Hedda Pahlson-Moller et Vincent Hieff du Ministère de l’Economie ont clôturé l’événement avec quelques points saillants de la discussion et à l’image de l’entrepreneuriat féminin au Luxembourg, ainsi que sur les «préjugés inconscients» et «cécité de genre», concluant que nous devons tous continuer ce voyage dans la conscience et l’investissement de l’action positive dans l’effet des femmes.

Nous sommes très reconnaissants envers le Ministère de l’Economie et de l’Institut de la BEI pour leur soutien généreux ainsi que leur contribution à cet événement de réflexion.

Vous n’avez pas pu participer à l’évènement? Visionnez-le sur notre page Facebook en cliquant ici

"Le genre compte. C’est quelque chose que j’ai reconnu. Je suis passée d’être ‘genre-neutre’ à être ‘genre-positif’ ou dans le processus de le devenir. Avoir un dialogue ouvert avec nous-mêmes et entre nous sur où l’on se trouve sur ce chemin, est important."

Hedda Pahlson-Moller

"Avoir seulement une femme dans un conseil d’administration ou avoir une femme dans la gestion, ne veut pas dire qu’il y a eu un changement… Il faut vraiment observer la pratique, la politique et la culture. Que faites-vous intentionnellement pour créer un environnement favorable pour lutter contre ces obstacles? "

Suzanne Biegel

"Quand je regarde les conseils d’administration desquels je fais partie, je dois dire que les femmes posent des questions différentes… Parfois, elles sont plus spontanées, parfois plus directes et je pense qu’en ajoutant des femmes aux conseils d’administration on ajouterait cette spontanéité… C’est comme tourner la page soudainement. On intègre une autre dimension. C’est pour cela que je conseille fortement les conseils d’administration à ajouter les femmes au processus de décisions. "

Claudine Lorang

"Donc la question serait vraiment: comment peut-on faire pour changer d’une approche numérique, une approche d’une simple existence, à une approche plus qualitative où les femmes participent aux processus de décisions jusqu’à la fin? "

Sarah Khabirpour

"Les femmes ont une approche différente d’analyse et de gestion des risques que les hommes et je pense que les institutions financières commencent à le comprendre. "

Aude Lemogne