Investir avec une optique de genre – 4 Questions à Suzanne Biegel

 .

Suzanne Biegel, fondatrice de Catalyst at Large, a tenu le discours principal au premier événement du Luxembourg Microfinance and Development Fund sur le thème d’Investir Autrement, plus précisément sur l’effet des femmes. Après l’événement, nous avons posé quelques questions à Suzanne, pour avoir quelques conseils pratiques sur ce que l’optique de genre signifie pour les gestionnaires de fonds et en particulier pour LMDF.

Comment une optique de genre peut-elle être mise en œuvre dans un fonds?

Cela dépend vraiment du fonds. Certains fonds peuvent être fondamentalement axés sur le genre et être conduits en mettant l’accent sur les femmes, d’autres pourraient avoir un but différent, par exemple, le changement climatique ou l’agriculture, mais qui trouvent qu’il est important de considérer où le genre s’inscrit dans le cadre de leur travail. Selon le mandat du fonds, le genre peut être examiné à de nombreuses étapes du processus d’investissement. En fait, à chaque fois que vous commencez à remarquer le genre, vous pouvez commencer à le prendre en compte, que ce soit en regardant les femmes dans la chaîne d’approvisionnement, la clientèle féminine / les bénéficiaires, ou des femmes leaders, entrepreneurs ou co-fondateurs.

Ce n’est pas purement une question de chiffres. Considérons, par exemple, les usines, qui ont probablement des niveaux élevés de travailleuses féminines, mais toutes employées au plus bas niveau, avec peu de chance de faire entendre leur voix. Pour résoudre le déséquilibre, vous devez comprendre leur politique et la façon dont les gens sont évalués. L’adoption d’une telle approche signifie que vous devez considérer votre processus d’investissement ensemble, de quelle façon les affaires sont faites, criblés, évalués, recueillies et, bien sûr, comment la saisie des données est assurée. En outre, en tant que fonds, vous ne devez pas oublier que vous pouvez mettre la pression sur les entreprises pour les inciter à changer leurs pratiques, que ce soit en retenant le capital jusqu’à ce que l’entreprise commence à fournir des données cruciales sur l’équilibre entre les sexes parmi son personnel, ou en structurant un prêt afin de promouvoir l’amélioration de la gouvernance de l’entreprise.

Il ne faut pas uniquement prendre les investissements en considération, mais également la gouvernance du fonds elle-même. Qui est au conseil d’administration? L’équipe? Le comité d’investissement? Qui prend la décision sur la façon dont le capital est utilisé?

Quel impact espérez-vous avoir en regardant l’investissement à travers une lentille de genre?

Je veux d’abord et avant tout améliorer l’accès au capital pour les femmes entrepreneurs et les gestionnaires de fonds. Il existe actuellement un écart de capital et les PME dirigées par des femmes sont disproportionnément exclues, et ce avec plus de 10 millions de PME appartenant à des femmes en quête de financement. Cette situation est plus difficile dans le monde en développement, où les droits de propriété foncière, la liste des entreprises aux noms masculins, l’exigence de l’approbation par le mari ou bien par des questions culturelles, il est extrêmement difficile pour les femmes d’obtenir des prêts. Il y a, bien sûr, des exceptions, comme les femmes entrepreneurs qui conduisent les Philippines en avant, mais globalement, les femmes font face à plus de difficultés. Même dans le high-tech, dans le monde de capital élevé de la Silicon Valley, les femmes entrepreneurs à succès disent que les processus d’obtention de fonds, sans tenir compte du genre, est certainement une exception.

L’autre raison pour laquelle je suis tellement intéressée à investir avec une lentille de genre est en raison des opportunités que j’identifie. Le manque de femmes dans les comités d’investissements et dans les rôles d’investissements dans les fonds signifie qu’il peut y avoir un biais de genre dans l’allocation du capital. Les équipes non mixtes peuvent négliger certaines opportunités parce qu’elles ne sont pas en phase avec les besoins de chacun ou bien parce qu’elles ne comprennent pas le marché cible. Aligné à cela, je crois aussi que l’investissement avec une lentille de genre peut aider à contrer les risques. Si la politique de genre d’une entreprise n’est pas construite soigneusement, une entreprise peut faire face à des défis importants avec sa main-d’œuvre ou la chaîne d’approvisionnement, que ce soit à cause d’une loi en relation à une classe d’action, un scandale public ou d’un exode massif de femmes de haute qualité. Celles qui prennent cela en compte peuvent faire des progrès considérables et minimiser les risques pour leur entreprise.

Bien sûr, avoir un monde plus égal entre les genres est la bonne chose à faire. Il est juste et équitable que les gens aient un accès égal au capital. La finance peut être un outil de changement social puissant. Espérons qu’en faisant la lumière sur des histoires de réussite des femmes, plus de femmes seront encouragées et auront la confiance nécessaire pour aller de l’avant dans leur carrière. En outre, compte tenu des facteurs mentionnés ci-dessus, investir dans les femmes semble aussi être la chose intelligente à faire.

Vous avez déjà mentionné quelques-uns des défis auxquels les entrepreneurs dans les pays en développement  font face dans leur recherche de fonds. Y a-t-il d’autres défis selon vous qui rendent le contexte de marchés émergents difficile?

Il y a beaucoup d’autres facteurs qui rendent la vie plus compliquée pour les femmes dans le monde en développement. Tout d’abord, les normes culturelles peuvent placer des attentes moins élevées sur les femmes, les faire douter qu’elles seront en mesure de mettre en place et e développer des entreprises ou obtenir un financement. Cela peut vraiment freiner les femmes et avoir un impact profond sur leur confiance. L’effet est aggravé par le fait que les femmes puissent ne pas avoir le même niveau d’éducation que les hommes, ce qui peut rendre certains aspects de la gestion d’une entreprise très difficile. Lorsque le changement commence à se produire et que les femmes ont plus d’accès au capital et commencent à prendre des décisions financières, il peut souvent y avoir un contrecoup. Nous pouvons noter une augmentation de la violence basée sur le genre qui prend beaucoup de temps à diminuer. Cependant, les choses changent et il y a des exemples fantastiques d’entreprises dirigées par des femmes dans les économies émergentes.

Les obstacles financiers sont un deuxième problème. J’ai déjà mis en évidence certains des obstacles que les femmes peuvent avoir en essayant d’obtenir des prêts, et ceux-ci peuvent contribuer à l’inquiétude des femmes à se tourner vers des financements extérieurs et même les amener à se méfier de ces derniers. Pour contrer cela, les femmes ont besoin de plus de coaching, de mentorat, de soutien et de rôle de modèles pour les encourager à faire croître leurs entreprises. Pourtant, lorsque les modèles de gens d’affaires présentés dans les médias locaux sont en majorité des hommes, il est difficile de créer une dynamique de changement.

Cependant, les défis peuvent également présenter des opportunités. Actuellement, l’investissement providentiel n’est pas compris dans les économies émergentes. Bien qu’il soit devenu une source importante de capitaux dans le monde développé, son potentiel n’a pas encore été découvert dans les marchés émergents: la fourniture d’une infrastructure et une meilleure compréhension de cette source de financement présente une possibilité passionnante. Les transferts de fonds sont un autre domaine qui a également un potentiel considérable. Traditionnellement, ceux-ci ont été utilisés pour soutenir l’éducation ou la santé de la famille, mais les gens qui travaillent à l’étranger cherchent à faire de plus en plus avec l’argent qu’ils envoient à la maison et les plates-formes telles que Homestrings s’adaptent à ce besoin. Les nouveaux moyens de fournir des capitaux peuvent donner confiance à des entrepreneurs locaux qui peuvent aider à semer de nouvelles opportunités.

Comment voyez-vous l’investissement à travers une optique de genre se développer dans l’avenir?

Au cours des 5 dernières années, les gens ont vraiment commencé à faire la lumière dans ce domaine. A tous les niveaux, de la Banque Mondiale aux grandes institutions financières, les gens commencent à se rendre compte que cela est un domaine important qui ne doit pas être ignoré en raison de son importance en termes sociaux et économiques. Pourtant, malgré cette prise de conscience, l’investissement à travers une optique de genre est toujours une goutte dans l’océan dans le régime des milliards de dollars actuellement sous gestion et est encore beaucoup plus petit que cela ne devrait l’être. Pour se développer à son plein potentiel, les différents acteurs, comme les grandes institutions, le financement des programmes, l’octroi de l’argent, ont encore besoin de parrainer des initiatives. Nous assistons actuellement à une vague de nouveaux produits du Crédit Suisse, Morgan Stanley, Barclays, UBS et Bloomberg.

Ceci est prometteur, car les produits sont nécessaires pour démarrer le cycle d’investissement, mais le problème est qu’ils ne reçoivent pas un soutien suffisant de la part des investisseurs. Beaucoup d’argent semble avoir été placé derrière le lancement des produits, mais moins d’attention a été accordée aux processus de marketing et de vente qui doivent suivre pour en assurer la crédibilité, en faire une tendance qui obtient l’attention méritée.