Les taux d’intérêts

Comprendre les taux d’intérêts en microfinance

Au Luxembourg, les taux d’intérêt négatifs sont de plus en plus courants. En fait, c’est un problème auquel nous sommes confrontés lorsqu’il s’agit de gérer la liquidité du Fonds. Étant donné les faibles taux d’intérêt auxquels nous sommes habitués, il peut être très difficile de comprendre pourquoi les taux d’intérêt appliqués aux micro-entrepreneurs peuvent être si élevés. Le rendement du portefeuille est en moyenne de 26%, ce qui peut être considéré comme des taux d’intérêt moyens sur tous les prêts, ce qui élimine l’effet des taux d’intérêt dans chaque pays.

Il y a deux perspectives à ce sujet :

Stabilité financière des IMF

Les IMF sont des entreprises sociales et s’efforcent de fonctionner de manière financièrement durable. Cela implique que le taux d’intérêt sur les microcrédits doit couvrir les coûts des IMF pour fournir les prêts, refinancer le portefeuille et couvrir les créances douteuses. En outre, le prix doit inclure une marge bénéficiaire raisonnable pour financer la croissance future.

Cela avait précédemment été un défi pour les IMF partenaires de LMDF et lorsque nous avons effectué des recherches sur les taux d’intérêt en microfinance en 2014, nous avons constaté que malgré les taux d’intérêt relativement élevés appliqués par les IMF, la marge de rendement moyenne était de -0,5%. Ceci suggère que nos IMF étaient dans la moyenne, en faisant de petites pertes après la prise en compte des coûts d’exploitation, des risques et des coûts de financement. La même recherche a été menée en 2019 et les IMF ont désormais une faible marge bénéficiaire (1%), leur permettant de mieux financer la croissance future.

Pourtant, qu’est-ce qui fait qu’une IMF partenaire passe d’un taux d’intérêt moyen de 25,9% (notamment inférieur à 29,6% en 2014) à cette rentabilité relativement faible ? La principale dépense concerne les opérations qui représentent 60% du taux total.

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles les IMF ont des coûts de fonctionnement aussi élevés. Les modèles d’affaires des IMF sont basés sur la proximité de leurs clients qui opèrent principalement dans l’économie informelle. Les clients sont souvent visités chaque semaine. Deuxièmement, les IMF de taille limitée doivent amortir les coûts fixes nécessaires tels que les systèmes informatiques, la gestion ou les succursales sur un grand nombre de très petites transactions. Pourtant, nous constatons que ces coûts diminuent. La technologie soutient l’efficacité et les économies d’échelle soutiennent ces tendances dans de nombreuses IMF.

Les autres dépenses comprennent les frais de financement. Cela est resté remarquablement stable au fil des ans pour nos partenaires, à un peu plus de 7%. Les coûts et provisions pour risques, c’est-à-dire le coût des pertes sur prêts sous-jacents que les IMF ont dû radier comme irrécouvrables, sont également restés relativement stables à un peu plus de 2%.

Lors de l’analyse de la structure des coûts d’une IMF, il est important de garder à l’esprit deux questions :

Qu’est-ce qu’une marge bénéficiaire raisonnable pour une IMF ou quand exploite-t-elle des clients pour ses propres intérêts ?

Une IMF fonctionne-t-elle aussi efficacement qu’elle le devrait si les coûts sont supportés par les clients finaux par le biais du taux d’intérêt appliqué ?

Nous sommes convaincus que la réponse à ces questions, dans le cas de LMDF, est que les IMF ne génèrent pas de profits excessifs sur le dos des pauvres et que l’efficacité opérationnelle est en moyenne très bonne.

Du point de vue des micro-entrepreneurs…

La tarification en microfinance est complexe et il ne suffit pas de considérer uniquement l’offre. Cette deuxième perspective examine ce que nous savons du côté de la demande, c’est-à-dire comment les micro-entrepreneurs utilisent la microfinance, pourquoi ils acceptent de payer, ce qui nous semble être des taux d’intérêt élevés et quelles alternatives s’offrent à eux.

Les réponses peuvent être trouvées dans trois besoins fondamentaux qui stimulent les activités financières des pauvres.

Premièrement, les pauvres ayant un accès limité aux prestataires financiers formels ont absolument besoin d’une diversité de services et de prestataires financiers. Divers services, formels (IMF, banques, etc.) et informels (famille, amis, collègues, prêteurs d’argent, etc.), aident à faire correspondre les revenus irréguliers, imprévisibles et faibles avec les besoins quotidiens (nourriture, logement, éducation, santé, …).

L’existence continue de prêteurs d’argent, même dans des environnements où il existe un large accès à la microfinance, illustre l’importance d’une diversité de prestataires. Les prêteurs d’argent sont probablement beaucoup plus chers que la microfinance en termes d’intérêts facturés, mais ils sont accessibles et ne nécessitent pas de formulaires et de longs documents de prêt à remplir. Ils sont également susceptibles d’être situés juste au coin de la rue – et complètent donc l’offre d’une IMF, qui peut être située plus loin et ne peut être accessible que par des visites périodiques des agents de crédit.

Deuxièmement, les ménages pauvres sont les plus vulnérables en cas d’urgence. Si le ménage veut éviter de faire des sacrifices énormes comme la vente au feu d’actifs, les pauvres ont besoin de produits financiers flexibles pour faire face à leur exposition aux risques. Ici, les services d’épargne et d’assurance sont particulièrement importants.

Troisièmement, les pauvres ont besoin de services financiers fiables. Dans les innombrables incertitudes et exclusions qui caractérisent la pauvreté, l’accès à des services financiers fiables et équitables est très important et compte beaucoup plus que le prix.

Au-delà de ces trois besoins fondamentaux, il ne faut pas oublier la nature de l’économie informelle dans laquelle opèrent les micro-entrepreneurs. Le fait que même après avoir remboursé un microcrédit avec un taux d’intérêt relativement « élevé », les pauvres sont encore en mesure de gagner de l’argent ce qui implique que le taux de retour sur l’argent qu’ils ont investi dans leurs entreprises est remarquablement élevé. Un fait souvent négligé est que pour la plupart de ces activités, le principal apport est le temps et les compétences du micro-entrepreneur lui-même.