Toute personne a droit à l’éducation

Comme indiqué dans l’article 26 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, « Toute personne a droit à l’éducation » et, en tant que droit, cela devrait être protégé et garanti par les entités publiques et gouvernementales aux quatre coins de la planète.

Il est vrai que de nombreuses améliorations ont été apportées dans ce domaine ces dernières années, en particulier dans l’éducation de base ou élémentaire, mais avec le déclenchement de la pandémie mondiale, bon nombre de ces améliorations ont été compromises et l’accès à l’éducation pour de nombreux enfants et jeunes a été très difficile sur une grande échelle.

Mais allons un peu plus loin : il y avait un problème persistant déjà avant la pandémie, aussi bien dans l’enseignement secondaire que supérieur. Au Luxembourg, l’enseignement primaire et secondaire est gratuit et obligatoire jusqu’à 16 ans, mais qu’en est-il en Ouganda ? Au Kirghizistan ? En Haïti? La vérité est que seulement 99 pays garantissent légalement au moins 12 ans d’éducation gratuite (UNESCO).

Environ 258 millions d’enfants et de jeunes ne sont pas scolarisés, selon les données de l’ISU pour l’année scolaire se terminant en 2018. Le total comprend 59 millions d’enfants en âge d’aller à l’école primaire, 62 millions en âge de fréquenter le premier cycle du secondaire et 138 millions en âge de fréquenter le deuxième cycle du secondaire (UNESCO).

C’est grâce à des entités telles que l’UNICEF ou l’UNESCO, entre autres, qu’année après année, la lutte pour établir une voie d’amélioration au niveau public se poursuit. LMDF n’a pas la capacité de résoudre les problèmes dans ces domaines, mais nous pouvons faire une différence et avoir un impact sur la vie de nombreux enfants et jeunes aujourd’hui.

Grâce à la microfinance, des bases sociales ont été organisées et créées pour fournir des services de microcrédit à la population, contribuant à la création d’emplois et à la génération de revenus, permettant aux mères célibataires ou aux chefs de famille pauvres, d’avoir plus de possibilités pour assurer l’éducation de leurs enfants.

L’éducation est clairement un bon investissement. Elle favorise la carrière de ceux qui la reçoivent, mais elle a aussi des répercussions sur tous les domaines de leur vie, de la santé à la garde d’enfants en passant par l’autonomisation. Ceux qui ont une éducation peuvent s’attendre à évoluer et à gagner plus que les autres dans leur communauté et à avoir plus de succès dans la gestion de leur entreprise. Cela contribue à son tour à réduire la pauvreté et les répercussions peuvent apporter la prospérité à des communautés entières.

Une bonne éducation est la porte du succès futur, et la microfinance peut contribuer à cet avenir.

Découvrez comment vous pourriez contribuer à soutenir l’éducation

ACME, Haïti

Accompagner les parents dans la préparation du nouveau trimestre

ACME est conscient que de nombreux parents peuvent puiser dans leurs prêts commerciaux lorsque le nouveau trimestre commence, pour s’assurer que leurs enfants ont de l’argent prêt à payer les frais de scolarité, pour obtenir des livres et d’autres équipements nécessaires pour le trimestre. Ce prêt aide les parents à s’assurer que l’entreprise ne s’arrête pas à cette période de l’année.

Photo: © International Disaster Volunteers

ACTB, Sierra Leone

Micro-prêts scolaires – Financement côté offre

La guerre civile en Sierra Leone a eu de lourdes conséquences sur le système éducatif du pays, laissant plus de 1 000 écoles primaires détruites. Aujourd’hui, le pays souffre encore de cet héritage et les écoles restent cruellement sous-équipées, le manque de manuels scolaires et d’équipements de base entravant l’apprentissage (Projet Borgen). Ce prêt aide les écoles à développer leurs infrastructures et à offrir un environnement d’apprentissage et d’enseignement de qualité aux élèves.

Photo: © Julien Harneis

Sinapi Aba, Ghana

Compte Smart Kids – Soutenir les enfants en période de difficultés financières

Les enfants souffrent souvent lorsque leurs parents traversent une période de difficultés financières. Pendant ces périodes, les enfants restent à haut risque d’être retirés de l’école. Ce compte de garde encourage les parents et les tuteurs à épargner pour leurs enfants et agit comme un coussin en cas de mésaventures financières, aidant à garantir que les enfants ne soient pas retirés de l’école. Le taux d’intérêt élevé sur ce compte d’épargne signifie également qu’il peut être en mesure de soutenir la poursuite des études pendant une période plus longue.

Photo: © Michael Pollak

Bimas, Kenya

Prêt solaire

Les prêts solaires ont plusieurs objectifs, mais BIMAS a noté qu’ils revêtaient une importance particulière pour les enfants des communautés rurales. Ces enfants sont souvent défavorisés à l’école car ils ne peuvent pas terminer leurs devoirs car ils n’ont pas accès à l’éclairage. L’introduction de panneaux solaires augmente la durée pendant laquelle ils peuvent étudier et aide à éviter que les enfants ruraux et pauvres ne soient encore plus marginalisés.

Photo: © SolarAid